Les animaux : des acteurs indispensables pour se redéfinir!

Une tendance majeure se développe : les maîtres se sentent si proches de leurs animaux de compagnie, qu’ils ont besoin d’eux pour se définir.

Les animaux nous aident à nous redéfinir

Plus on les connaît, plus on comprend notre place dans le monde vivant. Et cette place n’est pas tout à fait celle que l’on croyait ! Entretien avec le neuropsychiatre, Boris Cyrulnik.

Les animaux et nous…

La poule reconnaît ses congénères sur une photographie

Le grand singe apprend la langue des signes utilisée par les sourds, puis la transmet à ses petits. Le chien peut mimer un comportement qui, dans le passé, lui a apporté attention et affection de la part de son maître : il s’était cassé la patte, il boite…

Jusqu’à récemment, les humains voyaient l’univers avec leurs idées plutôt qu’avec leurs yeux. Aveuglés par leur hantise de n’être pas l’espèce la plus évoluée, avec tous les droits que cela leur conférait, ils ont, pendant des millénaires, effectué une coupure idéologique entre eux et les animaux. Une coupure que l’éthologie, l’étude des comportements des êtres vivants dans leur milieu naturel, remet profondément en question. « On découvre actuellement qu’il y a entre les hommes et les animaux des rapports dialectiques, une opposition sans qu’il y ait exclusion », explique Boris Cyrulnik, éminent représentant de cette jeune et prometteuse discipline. Nous l’avons rencontré à l’occasion de la sortie, sous sa direction, d’une imposante anthologie sur la condition animale, Si les lions pouvaient parler.

L’entretien

Boris CyrulnikNeuropsychiatre, Boris Cyrulnik dirige l’enseignement du diplôme d’éthologie à l’université de Toulon-Var, une discipline à laquelle il s’est intéressé dès les années 70. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont :Mémoire de singe et paroles d’homme(Hachette, 1984) ; Sous le signe du lien (Hachette, 1997) ;L’ensorcellement du monde (Odile Jacob, 1997).

Psychologies : Devons-nous réapprendre ce qu’est un animal ?
Boris Cyrulnik : En fait, nous n’avons jamais appris ce que sont les animaux. Nous ne parlions que d’animalité afin de tracer une frontière, un fossé, un gouffre infranchissable entre eux et nous. L’idée que nous nous faisions des animaux était si honteuse que nous voulions à tout prix ne pas appartenir à la gente animale. Il fallait désespérément que la nature de l’homme soit surnaturelle, pour que nous soyons les seuls à posséder une âme et que les animaux ne soient que des machines.

Y a-t-il, à cet égard, des découvertes récentes ?
Quand on a appliqué les techniques modernes d’exploration neurologiques et linguistiques, on a mieux compris les mondes mentaux des animaux. Le scanner a permis d’observer que tout cerveau, qu’il soit animal ou humain, s’atrophie quand il n’est pas stimulé par la sensorialité du milieu. Un oiseau élevé en isolement sensoriel atrophie son lobe temporal gauche et ne peut plus apprendre les chants de son espèce. De même, un enfant humain abandonné atrophie la base du cerveau des émotions et de la mémoire.

La caméra à positons a montré que le lobe temporal gauche des singes, qui correspond à la zone du langage analytique, est plus développé et fonctionne plus intensément que le lobe droit, plus intuitif. Et surtout, la comparaison des cerveaux de tous les êtres vivants révèle la mise en place graduelle, évolutive du cerveau préfrontal, qui traite l’anticipation, et s’associe avec le cerveau de la mémoire, qui traite le passé. Cet ensemble neurologique apparaît chez les oiseaux et se développe graduellement chez les mammifères et les singes. Il permet de se représenter un monde absent. L’homme en est le champion inter-espèces.

 

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s